Deviens un vrai expert du compost ! Comprendre en 2 étapes clés

Deviens un vrai expert du compost ! Comprendre en 2 étapes clés

Deviens un vrai expert du compost ! Comprendre en 2 étapes clés

Bon on va commencer par te faire un petit topo simple parce que si tu es ici c’est que tu as bien envie de composter en intérieur. Quand on composte c’est toujours intéressant de savoir comment ça fonctionne. Alors que se passe-t-il exactement pour que tes épluchures de légumes se transforment en terreau riche dans lequel tu donnes vie à des nouvelles plantes ? On va t’expliquer tout ça. Si tu as fait tes petites recherches tu t’es sûrement aperçu qu’il y avait plusieurs solutions pour composter en intérieur :
  • Le vermicomposteur (celui avec les lombrics à l’intérieur)
  • Le composteur intelligent Greenzy
Chez Greenzy on utilise la méthode de compostage dit aérobie. Cette méthode est en opposition au compostage anaérobie. Pour que tu comprennes la différence on t’a fait un tableau comparatif.
Compostage Aérobie (Composteur Greenzy et vermicomposteur)Compostage Anaérobie (Un tas de compost en extérieur mal entretenu)
– Demande de l’oxygène -Processus rapide  (2 mois maximum avec le composteur Greenzy) – Produit de la chaleur – Gaz dégagés : Dioxyde de carbone– Processus sans oxygène – Processus lent – Ne produit quasiment pas de chaleur – Gaz dégagés : dioxyde de carbone, méthane et sulfure d’hydrogène (c’est ça qui sent l’œuf pourri)
La petite astuce : Un compost aérobie qui sent mauvais c’est tout simplement qu’il est en train de se transformer en compost anaérobie parce qu’il manque d’air. Pour y remédier il suffit non pas de lui faire du « bouche à bouche » mais tout simplement de l’aérer 😉 
Le composteur Greenzy a besoin d’oxygène mais avec lui vous n’avez pas de risque de mauvaises odeurs. On a mis en place des mécanismes bien réfléchis pour ne jamais rencontrer ce souci !
Si tu as entendu parlé du Bokashi, la méthode traditionnelle japonaise qui est de plus en plus utilisée chez nous, et que tu te demandes pourquoi il n’est pas dans la liste c’est parce que ce n’est pas vraiment un composteur. En effet, cette solution utilise un procédé bien à elle. Les principales différences avec les composteurs d’intérieur que l’on a cité sont les suivantes :
  • Résultat d’une fermentation et pas d’une dégradation.
  • Nécessite l’ajout de “son de bokashi” qui va servir d’activateur.
  • Le résultat obtenu n’est pas du compost mais un engrais .
  • L’engrais produit ne peut pas être utilisé tout de suite, il doit être mélangé à de la terre ou du compost pendant 4 semaines . C’est seulement à partir de ce moment là que tu pourras y mettre tes jolies plantes ou l’utiliser dans ton potager.
Maintenant que tu en sais un peu plus, on va t’expliquer ce qu’il se passe dans ton petit mangeur d’épluchures préféré pour qu’il t’offre ce terreau si précieux au bout de 2 petits mois d’attente. Qui habite dans ton compost ? Le design du composteur Greenzy ne t’a pas séduit qu’à toi, de nombreux micro organismes s’y installent tous les jours et y travaillent non stop pour t’offrir un terreau de super qualité ! Il y a 3 grandes familles d’habitants :
  • Les bactéries on parle ici de bonne bactéries évidemment, comme quand tu entends parler de bactéries dans tes yaourt ou même dans ton corps.
  • Les champignons
  • Les actinomycètes
Mais qu’est ce qu’ils y font exactement ? C’est ce que l’on va te dire tout de suite : 1ère étape, ils dégradent Pas super ces locataires, à peine arrivés ils mettent la pagaille… Pas de soucis fais leur confiance le résultat sera top c’est promis ! Allumage du chauffage ! Pendant cette première phase les microorganismes montent la température dans ton composteur ! Les bactéries produisent de la chaleur, beaucoup de chaleur, ton composteur devient un vrai sauna pour épluchures et bactéries. Le thermomètre monte jusqu’à 60 à 70°C Réduction des déchets. Maintenant que tout a bien chauffé il est temps de faire de la place. Les déchets sont très volumineux alors les microorganismes les réduisent de 3 fois leur taille ! Mais comment ? Grâce à 2 phénomènes :
  • La minéralisation de la matière organique en CO2.
  • L’évaporation de l’eau . Vos déchets organiques contiennent beaucoup d’eau et avec la chaleur qu’il fait là dedans elle s’évapore.
Le petit plus de Greenzy : cette eau, aussi appelée “thé de compost” ou “jus de compost” disparaît sans même que vous ayez à la vider ou en vous en préoccuper. Une différence avec les 2 autres solutions qu’on a cité plus haut. C’est pas chouette ça ? Résultat de l’étape de dégradation. Après tout ce travail votre composteur renferme du compost dit frais mais patience, il reste encore un peu de travail avant de pouvoir ouvrir ton tiroir et découvrir le résultat final. 2ème étape, la maturation À partir du moment où les déchets sont transformés en compost frais alors le processus de décomposition devient plus lent. Les micro-organismes continues à agir pour passer d’un compost frais à un compost mûr. Pour cela, la température arrive au même niveau que celle d’une journée d’été dans le sud de l’Espagne c’est à dire entre 35° et 40°C . Ensuite les champignons et les actinomycètes emménagent à leur tour dans ton composteur intelligent préféré. Ils s’attaquent au compost frais laissé par les bactéries et le transforment en compost mûr.

la 3ème étape ?

C’est à toi de jouer. Il ne vous reste plus qu’à ouvrir le tiroir de votre composteur et récupérer votre beau terreau en remerciant tous les microorganismes qui ont travaillé dur pour vous l’offrir. Si vous ne savez pas quoi en faire on vous conseille de lire notre article sur les jardins fleuris, on vous donne des idées de plantes sympas qui aideront les pollinisateurs d’autour de chez vous 😉 Si vous avez plus de questions n’hésitez pas à nous contacter, on se fera un plaisir de vous répondre !
Sources

http://humusetassocies.org/espace-info-biodechets/les-organismes-decomposeurs/ http://reseauriam.org/wp-content/uploads/2019/06/ft_compostefr.pdf https://www.rustica.fr/jardin-bio/bokashi-compost-fermente,16764.html

Le composteur d’intérieur, qu’est-ce que je peux bien y mettre ?

Le composteur d’intérieur, qu’est-ce que je peux bien y mettre ?

Le composteur d’intérieur, qu’est-ce que je peux bien y mettre ?

« Pain compost », « peau de banane compost », « kiwi compost », « coquille de noix compost », « que mettre dans un composteur », etc<
Professionnel ou débutant, vous êtes nombreux à demander à Google ce que vous pouvez ou non mettre dans votre composteur. Aujourd’hui, on vous donne les réponses !

C’est d’autant plus un challenge pour ceux et celles qui vivent en appartement et qui ont un intérêt pour le compostage d’intérieur, mais qui ont peur des désagréments que cela peut entraîner

Pour vous faciliter la tâche, nous vous avons concocté ce petit guide qui vous explique ce qu’il faut et ne faut surtout pas mettre dans un composteur d’intérieur comme celui que Greenzy propose. Eh oui, ce ne sont pas tous les déchets de cuisine qui vont dans un composteur d’intérieur.

Votre composteur va adorer…

  • Les épluchures de fruits et de légumes
  • Le marc de café et les filtres
  • Les déchets de potager comme les fanes de fruits et de légumes abîmés
  • Les serviettes et mouchoirs en papier uniquement s’ils sont sans encres et sans parfums
  • Certains restes de repas comme les pâtes, le riz, le pain rassis…
  • Le vieux terreau de compostage
  • Les sachets de thé et les infusions
  • Les coquilles d’œufs
  • Les produits laitiers pas trop liquides et les croûtes de fromages
  • Les pelures d’agrumes comme les oranges, les citrons, les pamplemousses…
  • Les herbes fraiches

Quelques petits conseils 

 Éviter de mettre tout ce qui est noyaux, coquilles de noix ou encore coquilles de fruits de mer dans le composteur. En effet, avec le composteur Greenzy, les coques trop dures risquent de casser le broyeur et avec les autres composteurs d’intérieurs, les coques risquent de ne pas être compostées.

Manger varié et éviter de mettre dans le composteur un seul des éléments cités plus haut en grande quantité si vous souhaitez obtenir un bon terreau. Comme on le dit dans les pubs à la télévision, mangez 5 fruits et légumes par jour😉

Votre composteur ne va pas digérer…

  • Le poulet car c’est plein de maladies
  • Les huiles de friture
  • Coquilles d’huîtres, de moules ou de noix car, tout ce qui est trop dure ne se décompose pas
  • Les fleurs du magasin car elles sont plein de produits toxiques
  • Les excréments d’animaux (litières…) et matières fécales humaines (couches)
  • Les mégots de cigarettes
  • Restes de viandes et os, de poissons dont les arêtes, les carcasses de crevettes… pour éviter les nuisibles et les mauvaises odeurs
  • Les cendres de charbon, de barbecue, suie de cheminée
  • Les étiquettes des fruits et légumes

 Quelques petits conseils

De manière générale, tous les déchets non organiques comme le verre, le plastique, le métal… sont à proscrire. Les déchets toxiques comme les cartons imprimés, les imprimés de couleurs (magazines, revues…) papiers glacés, tissus… également.

Éviter aussi de mettre dans le composteur d’intérieur Greenzy tout ce qui vient du jardin comme les feuilles mortes, les cendres de bois, sciures et copeaux de bois, les feuilles mortes et les tontes de gazons… Ces déchets risqueraient de prendre beaucoup de place et de vous empêcher d’utiliser le composteur pendant un certain temps. Et puis, comme on l’a dit le composteur aussi aime manger varié;!

La liste reprise ci-dessus n’est pas exhaustive, mais c’est déjà un bon départ.

Vous souhaitez faire du compost en appartement ou à l’intérieur de votre maison ? Greenzy a trouvé la solution idéale pour vous. En plus d’être design, le composteur d’intérieur Greenzy est garanti sans odeur et sans insectes.

 Mémo Compost


Sources 

https://www.consoglobe.com/compost-erreurs-eviter-2398-cg
https://zerocarabistouille.be/2016/04/27/defi-5-jai-du-bon-compost-dans-ma-compostiere-jai-du-bon-compost-tu-en-auras-plein/
https://www.monpetitcoinvert.com/blog/dossier-le-compost-pour-les-nuls/
https://greenzy.eu/?lang=fr
https://ledouavert.wordpress.com/composteur-collectif/

N’ayons pas honte de nos jardins fleuris !

N’ayons pas honte de nos jardins fleuris !

N’ayons pas honte de nos jardins fleuris !

Ne plus tondre son jardin pour aider la planète ? Une solution qui peut déculpabiliser les plus occupés d’entre nous qui n’arrivent pas à garder une pelouse parfaite tout l’été. Même si cette idée peut paraître étonnante, arrêter de tondre sa pelouse peut venir en aide à nos petits amis les polinisateurs. Ces derniers se font de plus en plus rares à cause de la pollution. Un bon moyen de les faire revenir est de leur offrir des belles fleurs à butiner. Alors pourquoi ne pas abandonner son gazon taillé au millimètre pour laisser la nature reprendre ses droits ? C’est ce que l’on appelle le concept de jardin libre.

Qui veut commencer un jardin libre doit en connaître les bases ! Mais ne t’en fais pas on va t’expliquer ça pour que ça ne soit pas trop compliqué. Ça commence par simplement laisser la nature faire son travail, plus besoin de l’accompagner et de lui montrer ce qu’il faut faire, elle le sait mieux que personne ! La suite n’est pas plus difficile, il faut faire de la place aux plantes indigènes.

Pour la petite info les plantes indigènes ce sont celles qui poussent naturellement dans ton jardin, comme les pâquerettes par exemple.

Enfin, pour travailler main dans la main avec Dame Nature tu peux aussi te servir de ta pelle et de ton terreau pour faire pousser des plantes vivaces !  Pour rappel les plantes vivaces sont des espèces qui repousseront naturellement pendant au moins 2 ans après leur plantation. Une idée pour utiliser ce bon terreau que tu as au fond du jardin tout en offrant aux polinisateurs de nouvelles fleurs pour se régaler.

Voilà des idées de plantes vivaces pour compléter ton nouveau jardin.

Pour faire du bien à la Planète et à tes petits plats

Avec des plantes aromatiquesAvec des fruits et des légumes
Thym
Romarin
Laurier
Sauge
Céleri vivace
Origan panaché
Oseille verte
Menthe – Attention à ne pas se laisser envahir, pourquoi ne pas la planter en pot ?
Wasabi daruma
Estragon
Ciboulette
Mauve alcée – Petite info : Cette jolie plante peut être cuisinée comme des épinards, ça a longtemps été le cas près des Pyrénées. 
Poireau perpétuel
Oignon rocambole
Ail rocambole
Rhubarbe à côte
Asperge
Fraise
Sans oublier les arbres fruitiers !

 

Pour fleurir ton jardin

 

… en été… et en hiver
Lavande – + 1 point pour sa douce odeur
Dianthus
Delosperma
Pervenche
Marguerites
Coreopsis
Agapanthe
Heuchère
Géranium vivace
Iris
Rose de noël
Chrysanthèmes
Bruyère d’hiver
Aster et Aster nain
Cyclamen
Eragrostis
Primevère

Attention cependant à certaines espèces de plantes vivaces. Plusieurs espèces peuvent t’attendrir avec leur joli feuillage mais attention elles peuvent être invasives. Les plantes invasives n’auront pas de scrupule à se multiplier et à prendre toute la place dons ton nouveau paradis extérieur, elles vont même jusqu’à tuer tes indigènes préférées.

Voilà donc un petit mémo pour mieux connaître les invasives de Belgique et pouvoir jouer les super héros en protégeant la vie de tes plantes adorées.

La petite info : Certaines plantes invasives sont des plantes exotiques qui ont été introduites par l’homme.

Le mémo est loin d’être exhaustif alors pour que tu sois vraiment bien renseigné sur les plantes invasives en Belgique on te laisse la liste complète : plantes invasives en Belgique. Cette liste présente la totalité des plantes dont il faut te méfier dans ton jardin, n’hésite pas à cliquer sur le nom de celle qui t’intrigue pour avoir plus d’informations à son sujet.

Cet article nous a été inspiré par une action menée en Belgique : « En mai, tonte à l’arrêt ». Le Vif en partenariat avec l’asbl Adalia et la faculté Gembloux Agro-Bio Tech (ULiège) ont incité les détenteurs de jardin à laisser leur tondeuse au placard pendant le mois de mai dans le but d’observer la réaction de la biodiversité. À cette occasion la plateforme BioPlanner a été créée pour répertorier les zones de jardin et de biodiversité et aussi donner des conseils pour savoir quoi planter et comment.

Quelle belle surprise de voir les chiffres suivants après 1 mois d’expérience !

Infographie en mai tonte à l'arrêt

Maintenant que tu as les bases n’hésite pas à ranger ta tondeuse pour l’été et à te tenir informé.e pour l’édition 2022 d’En mai tonte à l’arrêt.

Pour connaître toutes les plantes indigènes de Belgique : clique ici

Sources
https://www.dmag.fr/fr/inspiration/jardin-nature-libre
https://conseil.manomano.fr/les-23-plantes-vivaces-les-plus-communes-n4226
https://www.aromatiques.fr/108-plantes-aromatiques-vivaces
http://biodiversite.wallonie.be/fr/gerer-les-plantes-invasives.html?IDC=5706
https://www.levif.be/actualite/environnement/en-mai-tonte-a-l-arret-comment-vos-jardins-ont-aide-la-nature/article-normal-1434949.html?utm_source=website&utm_medium=button&utm_campaign=EMTAL

S’instruire en s’amusant : le compostage et les enfants !

S’instruire en s’amusant : le compostage et les enfants !

S’instruire en s’amusant : le compostage et les enfants !

Nos enfants étant le futur de notre planète, il est plus que jamais nécessaire qu’ils puissent comprendre et protéger leur environnement. Quelle serait alors une activité régulière qui pourrait les reconnecter à la biodiversité tout en s’amusant? Le compostage !

Les bienfaits du compostage pour les plus jeunes générations
Composter, c’est rendre à la terre ce qu’elle nous a donné. Apprendre à composter aux enfants leur permet de comprendre les richesses que nous offre la nature, tout en se familiarisant avec son fonctionnement. Ça leur permet également de réaliser l’importance qu’a la limitation de déchets non-organiques.

Par ailleurs, les enfants peuvent s’amuser avec de petits jeux d’apprentissage tels que savoir différencier ce qui est biodégradable de ce qui ne l’est pas, ou de savoir collecter précieusement les déchets organiques qu’ils pourront utiliser pour enrichir leur propre compost, par exemple. Un jeu qui permet de bien retenir les aliments compostables est celui du téléphone sans fil ; version produits biodégradables ! Une autre chouette activité à faire en famille est celle de planter une graine de potiron (qui raffole des nutriments présents dans le compost) et de l’observer grandir avant de pouvoir cuisiner vos propres potirons. Les enfants pourraient également vous surprendre avec leur imagination lors d’une activité qui consisterait à créer des recettes à réaliser avec certains déchets organiques, comme une tarte aux verts de poireaux ou encore des chips d’épluchures de légumes.

Lorsque le compost sera transformé en terreau, les enfants pourront créer leurs propres petits potagers, une activité qui plait (les enfants étant curieux de nature) et qui leur sera bénéfique puisqu’ils pourront développer leur patience, leur créativité, leur concentration et leurs connaissances en la matière, et ce tout en s’amusant !

Les composteurs Greenzy utilisés par les enfants

enfants composteur d'intérieur

C’est pendant les phases de testing de nos composteurs, dans des familles avec enfants, que nous avons vraiment réalisé à quel point ceux-ci aimaient s’investir dans l’activité qu’est celle de s’occuper d’un compost. On leur a posé la question de savoir ce qu’ils préféraient dans la création d’un compost, et ils nous ont répondu qu’ils adoraient broyer les déchets organiques, les mélanger, et regarder l’évolution à l’intérieur de nos composteurs intelligents.

Greenzy aspire chaque jour à un avenir environnemental meilleur, et a confiance en les rôles qu’auront les futures générations dans la préservation de notre biodiversité !

Greenzy recrute !

Greenzy recrute !

Greenzy recrute !

GREENZY RECRUTE UN.E CMO ET DES STAGIAIRES ! Si tu es un(e) passionné(e) du marketing & sales, que tu es dynamique et que tu as envie d’embarquer dans notre aventure entrepreneurial, contacte-nous! 📧 contact@greenzy.be ☎️ +32.472218776 Tu ne sais pas ce qu’est Greenzy ? Greenzy est une jeune start-up dynamique. Elle propose un composteur d’intérieur pour les personnes en maison/appartement afin de les aider à revaloriser leurs déchets organiques. Regarde ici pour plus de détails ! 👉🏻Plus de détails sur le profil qu’on recherche ici 👈🏻 🗣 Si cette annonce te fait penser à l’une de tes connaissances, n’hésite pas à partager… c’est peut-être grâce à toi qu’on trouvera la perle rare! 😍
Les déchets organiques, combien ça coute ?

Les déchets organiques, combien ça coute ?

Les déchets organiques, combien ça coute ?

S’il est clair que le compostage a de nombreux avantages environnementaux (plus de détails dans cet article), ses avantages économiques sont souvent oubliés. Pourtant, le tris des déchets organiques s’accompagne de frais non négligeables. Mais à combien exactement ces frais s’élèvent-ils ?

Selon le rapport d’Eurostat, en 2016, la Belgique produisait 5.573 kg de déchets par habitant par an, dont 8,5% provient des ménages, ce qui représente environ 470 kg/hab./an.

Qu’elle soit, selon les régions et les communes, brute (poubelle tout-venant) ou sélective (plastique, cartons/papiers, verres, déchets organiques), cette quantité impressionnante doit absolument nous faire réfléchir aux méthodes possibles de réduction de ces déchets ou de traitement de ceux-ci.

D’autant plus lorsque l’on sait que, selon les mêmes sources, nos poubelles tout-venants sont composées à 50% de déchets organiques donc de matières compostables qui peuvent être dégradées et récupérables sous une forme ou sous une autre, autrement dit recyclées.

Les chiffres en France sont du même ordre de grandeur puisque, selon l’Agence de la Transition Ecologique (ADEME), 46,3 millions de tonnes de déchets organiques (hors agriculture et sylviculture) sont produits annuellement, ce qui équivaut plus ou moins en 2015 à 260 kg/hab./an.

S’il reste toujours très clair que le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas, nous sommes bien obligés de constater qu’en attendant d’atteindre un zéro-déchet absolu, il faut s’attaquer au problème du recyclage. Actuellement, dans ce cadre, deux solutions proposées par les communes sont utilisées dans le recyclage des déchets organiques, les plateformes de compostage (qui travaillent en aérobie) ou les unités de bio-méthanisation (qui travaillent en anaérobie).

Dans les deux cas, et en ne tenant pas compte ici des problèmes de contamination que ces solutions peuvent rencontrer (certains déchets pouvant contenir des matières polluantes non désirées), ces recyclages ont bien sûr un coût supporté par la collectivité. Ce coût est réparti entre la collecte des déchets et le traitement de ces derniers.

A titre d’exemple, en France, la Fédération des Villes Moyennes (FMV) en partenariat avec Sita, la filiale de Suez Environnement spécialisée dans les services des déchets, a constaté que le coût moyen de la collecte des déchets ménagers sur le territoire de 62 villes de 20.000 à 100.000 habitants s’établissait en moyenne à 117 euro par tonne collectée (compris dans une fourchette allant de 49 à 162,- Euro).

Ce chiffre correspond à une collecte des déchets depuis la maison jusqu’à l’endroit de traitement (si les déchets sont apportés à la déchèterie, le coût tombe à 86,- euro en moyenne). Si 117,- euro par tonne de déchets vous paraissent peu, n’oubliez pas de ramener cette somme aux 46,3 millions de tonnes de bio-déchets repris au début de cet article (ce qui donne le chiffre plus conséquent d’environ 5,4 milliards d’euro!).

Et cette somme importante ne reprend que la collecte des bio-déchets, pas leur traitement ! Si l’on parle du recyclage de ces derniers, et à nouveau à titre d’exemple (cette fois-ci en Belgique), force est de constater que les prix pratiqués dans les entreprises de traitement sont également non négligeables. Ainsi le coût des plateformes de compostage pour les communes est de l’ordre de 43,- euro la tonne et de 75,- euro la tonne pour les unités de bio-méthanisation.

Et malheureusement, la valorisation de ces différents moyens de recyclage est toujours inférieure aux coûts qu’ils occasionnent. Il en va d’ailleurs de même pour l’incinération pure et simple des ordures ménagères qui est, quant à elle, bien souvent polluante.

Pour finir, lorsque l’on sait qu’un déchet alimentaire est constitué de 70 à 95% d’eau, on se rend compte rapidement à quel point ces dépenses de collecte et de traitement finissent par paraître complètement absurdes.

C’est en partant, entre autre, de ce constat qu’est né le concept de composteur d’intérieur de Greenzy!

Pourquoi ne pas éviter le plus possible ce circuit long sur une opération de recyclage qui pourrait être réalisée par chaque famille sans sortir de sa cuisine ? En proposant son composteur d’intérieur qui, au départ des déchets alimentaires, permet de générer en plus ou moins deux mois un terreau directement utilisable sur ses plantes d’intérieur ou sur les potagers de quartier qui fleurissent en ce moment, Greenzy propose une vraie alternative et une vraie économie d’échelle, le tout avec un appareil design, sans odeurs et parfaitement adapté aux familles d’environ 4 personnes.

Sources :

1. https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Waste_statistics/fr#La_production_totale_de_d.C3.A9chets
2. https://www.actu-environnement.com/ae/news/cout-collecte-traitement-dechets-villes-moyennes-fmv-sita-19374.php4
3. http://ecogreenvalorisation.com/wp-content/uploads/recyclage-des-dechets-organiques-alimentaires-3.pdf
4. https://dial.uclouvain.be/downloader/downloader.php?pid=thesis%3A2797&datastream=PDF_01
5.https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/dechets_chiffrescles_essentiel2018_010690.pdf